jeudi 17 mai 2012

Merci pour cette charmante soirée



Il y a eu Simone de Beauvoir dans les 40's ...

Il y a eu la révolution sexuelle dans les 70's ...

Il y a depuis hier une femme noire au Ministère de la Justice (et pas au DOM TOM, à la Santé ou à l'Education) ...



... et pourtant il est toujours très mal vu pour une femme de coucher le premier soir !




Vous me direz, c'est pas passer pour une salope qui m'arrête en général ... et vous n'auriez pas totalement tort. Non, mon cas de conscience se situe dans une théorie d'une de mes amies (avec un crédit certain côté mec extra, fou amoureux d'elle) selon laquelle l'homme aurait besoin de désirer, de fantasmer et donc d'un peu de chasteté pour tomber amoureux avant que les endorphines de l'orgasme viennent rassasier son besoin de tendresse (oui, je sais c'est un poil sexiste envers les hommes mais bon elle rattachait cela à l'instinct primitif de chasseur de l'homme, qui est ancré dans le cerveau reptilien et on avait bu ...). Bref, l'objectif est donc de ne pas coucher le premier soir et d'attendre 3 - 4 dates comme les américaines. 

OK, mais on fait comment ? Petite revue des leviers qui te font souhaiter une bonne nuit et t'en aller :
- tu n'as pas envie de lui (radical)
- tu as tes règles (pas sure que cela arrête tout le monde ...)
- ton meilleur pote dort chez toi (mais comme dirait AB, tu peux toujours aller chez lui ...)
- tu as une réunion importante demain matin tôt  (non je déconne !)
- tu as un surmoi très développé qui te fait surmonter ton désir
- il a l'air d'un psychopathe (pas très fan de Dexter dans mon lit)
- il insiste pour coucher avec toi (nuit fortement à mon désir à moi ...)


Sérieusement, quand tu passes une très bonne soirée avec un mec qui te plait, à qui tu plais, vous vous embrassez, c'est un peu chaud, tu peux pas rester 2h au milieu d'un lieu public à te galocher ... donc tu finis chez l'un ou chez l'autre, non ? Arrêter d'embrasser un homme dont j'ai envie et de lui dire que "j'ai passé une charmante soirée, merci beaucoup, on s'appelle ?", ça ne me vient pas naturellement ...


Au quel cas, ne pas coucher le premier soir avec l'homme de tes rêves, reviendrait donc à ne pas l'embrasser ... au risque d'envoyer des messages ambigus ?

Finalement, mon surmoi ne doit pas être si développé que cela et mon cerveau reptilien un peu trop présent ... Fi donc des instincts de chasseur, de la morale des braves gens qui n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux ... je vais plutôt vivre mes envies !


1 commentaire:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.